Référendum : pour ou conre l'Europe

Publié le par Carole Gouyé

En 2005 on a eu l’occasion de donner notre avis sur l’Europe. Référendum du 29 mai 2005

Le « non » a recueilli près de 55%

Malgré cela le gouvernement de l’époque est passé outre la volonté du peuple

Nombreux sont ceux qui le lui reproche

Alors le 7 mai prochain réitérez votre volonté

La 7 mai prochain vous avez l’occasion de dire si vous êtes pour ou contre

Le 7 mai prochain nous saurons
si le gouvernement de 2005 a eu raison ou non
de passer outre la volonté du peuple.

La balle est dans notre camps

https://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9f%C3%A9rendum_fran%C3%A7ais_sur_le_trait%C3%A9_%C3%A9tablissant_une_constitution_pour_l%27Europe

« Le référendum français sur le traité établissant une constitution pour l'Europe (aussi appelé traité de Rome II ou traité de Rome de 2004) eut lieu le . À la question « Approuvez-vous le projet de loi qui autorise la ratification du traité établissant une constitution pour l'Europe ? », le « non » recueille 54,68 % des

Le résultat négatif du référendum, joint à celui des Pays-Bas trois jours plus tard, a scellé le sort du traité.

Il s'agissait du troisième référendum sur un traité européen, après ceux de 1972 et 1992, mais il fut le premier à être rejeté.

  La limite entre le « oui » et le « non » est confuse du côté de la gauche :

Si le Parti communiste dans son ensemble a fait campagne pour le « non », le PS et les Verts ont été plus partagés.

Les électorats de ces deux derniers partis ont majoritairement voté « non » (respectivement à 56 et 60 %) en opposition avec leurs directions.

La campagne référendaire a séparé le PS en 2 camps :

- - le "non" porté notamment par Laurent Fabius, Jean-Luc Mélenchon et Henri Emmanuelli.

  •   La césure est beaucoup plus nette du côté de la droite où 80 % de l'électorat UMP a voté « oui », tandis que 75 % de celui du MPF et 93 % de celui du FN optait pour le « non »8. À l'UMP, seul Nicolas Dupont-Aignan avait appelé au vote « non ».

Publié dans divers, Actualité, societé, France

Commenter cet article