Euthanasie : un mari acquitté

Publié le par Carole Gouyé

 Euthanasie : un mari acquitté

Euthanasie : un mari acquitté le 14 juin 2006 à 16h59 http://lci.tf1.fr/france/2006-06/euthanasie-mari-acquitte-4855750.html

Société Les Assises du Maine-et-Loire ont acquitté ce Danois de 37 ans, qui avait aidé à mourir, en janvier 2003, sa femme alors en phase terminale d'un cancer. Les larmes aux yeux, il avait expliqué pourquoi il avait augmenté les doses de morphine et de Tranxène administrées à sa femme de 29 ans.

 

La cour d'assises du Maine-et-Loire a acquitté mercredi un jeune Danois qui avait, par amour, aidé à mourir sa femme en phase terminale d'un cancer, le jugeant "non coupable" contre l'avis de l'avocat général qui avait requis une "peine de principe". "Je suis tellement heureux. Je n'ai jamais fait un acte criminel, c'était un acte d'amour", a déclaré les larmes aux yeux Morten Jensen, à la sortie de l'audience. "J'ai pensé à Emmanuelle toute la journée, elle sera toujours dans mon coeur", a-t-il ajouté.

Le jury, majoritairement composé de femmes, n'a mis qu'une demi-heure à le déclarer "non coupable", à l'issue d'un procès d'une journée durant laquelle l'assistance et les jurés ont surtout été bouleversés par les témoignages attestant de l'amour que l'accusé portait à son épouse.

"La loi n'est pas adaptée"

Morten Jensen, 37 ans, était accusé d'homicide volontaire pour avoir, le 11 janvier 2003, mis fin aux souffrances de sa femme de 29 ans, Emmanuelle, en augmentant les doses de morphine et de Tranxène qu'elle recevait sous perfusion au centre de traitements des cancers Paul Papin, à Angers.

 

L'avocat général Thierry Phellipeau avait réclamé une "peine de principe" de deux ans de prison avec sursis, jugeant que l'accusé était "coupable et responsable en droit". "Le droit français comme le droit danois continue à pénaliser tout acte d'euthanasie active. Si vous l'acquittez, vous allez au-delà de toutes les législations du monde", avait-il menacé. "La loi (sur l'euthanasie) n'est pas adaptée à des situation pareilles. Je crois qu'elle est en fin de vie", avait plaidé de son côté l'avocat Mickaël Boulay.

Atteinte depuis 2000 d'un cancer qui s'était généralisé, hospitalisée en novembre 2002, l'épouse de M. Jensen était tombée début janvier dans un coma réactif dont elle ne sortait que pour gémir de douleur. Elle n'avait selon le médecin légiste que "quelques jours" à vivre.

Des pétales de rose et une peluche porte-bonheur

Emmanuelle avait fait part à sa soeur de sa volonté de mourir. Un après-midi, Morten Jensen s'est allongé à côté d'elle, pour qu'elle sente sa présence, mais elle ne réagissait plus. Il a alors ouvert la perfusion, après avoir étalé des pétales de rose autour de sa femme et lui avoir mis dans les bras une peluche porte-bonheur.

Tous les témoins ont souligné l'amour que le jeune homme portait à sa femme. "Morten ne l'a jamais quittée tout au long de sa maladie, nuit et jour. Il était à bout de la voir tant souffrir", a assuré en larmes, Gisèle Hubault, la mère de la victime. "Il est comme un fils pour nous", a-t-elle ajouté. "Il lui apportait du réconfort, de la tendresse, il la rassurait", a ajouté la soeur de la victime, Catherine Delalande, qui "comprend" le geste de son beau-frère, "un acte d'amour".

Infirmières et aide-soignantes ont également évoqué le "comportement exemplaire du mari", "aux petits soins" pour sa femme. "Lorsqu'un père et une mère sont capables de pardonner à mon fils pour cet acte, est-ce que la loi des hommes peut le condamner ?", a demandé à la cour le père de l'accusé, Eric Jensen. Il encourait 30 ans de réclusion, alors que dans son pays, le Danemark, où la législation plus libérale en matière d'euthanasie parle d'"homicide par compassion", il ne risquait qu'un maximum de 3 ans.

Cet acquittement est intervenu au lendemain de la décision de la chambre de l'instruction de la cour d'appel de Bordeaux de renvoyer un médecin et une infirmière de Dordogne devant les assises pour avoir donné la mort à une femme en phase terminale d'un cancer du pancréas.

(Morten Jensen mercredi aux assises d'Angers/TF1/LCI)

http://lci.tf1.fr/france/2006-06/euthanasie-mari-acquitte-4855750.html

 

Commenter cet article