Leonetti Claes : rapport decembre 2015

Publié le par Carole Gouyé

Enfin ce que je dis depuis des années lors de toutes mes interventions - débat, forum ..semble avoir été entendu

Les directives anticipées sont prévues par la loi, elles doivent être mises dans le dossier médical du citoyen, avec la nomination de la personne de confiance. - Elles doivent être respectées par le médecin (loi 2005).

M Leonetti ne les a pas jugées inutiles mais au contraire essentielles !

Enfin les directives de la personne vont être opposabes à tous

Les directives anticipées sont reconnues par la loi - elles peuvent être modifiées à tout moment. Elles devraient être rédigées dès l'âge de 18 ans.

La loi relative aux droits des malades et à la fin de vie (dite Loi Léonetti) précise les droits qu’ont les patients de faire respecter leurs volontés sur des points importants

  • Droit de se faire représenter par une personne de confiance
  • Droit au refus de tout traitement
  • Droit au soulagement de la douleur
  • Droit au respect des directives anticipées
  • Droit à l’information
  • Droit d’accès au dossier médical

Les médecins doivent en parler à leur « patients », c'est leur intérêt : pour  eux, c'est l'assurance qu'ils connaissent leurs idées sur leur fin de vie, ce qui diminue leur risque d'erreur dans la conduite à tenir si cela arrivait, et c'est la preuve qu'ils ont respecté leurs volontés, si besoin. 

Les directives anticipées  sont  destinées à faire connaître à tous, donc à nos médecins, nos volontés pour notre fin de vie :

  • Souffrances acceptées ou non,
  • prolongation de vie souhaitée ou non (l'obstination déraisonnable est interdite),
  • demande ou non d'aide à mourir lente ou rapide selon notre état de santé  - incurable- en fin de vie,
  • lieu préféré de fin de vie,
  • et plus généralement nos idées sur la fin de vie que nous souhaitons, ou que nous refusons. 

Leur place est dans notre dossier médical, et une copie avec notre carte  vitale.

Publié dans directives anticipée

Commenter cet article