Directives anticipées Pourquoi comment

Publié le par Carole Gouyé

Directives anticipées Pourquoi comment

Les directives anticipées sont reconnues par la loi depuis plus de 9 ans

Les directives anticipées éclairent et guident le médecin mais ne s’imposent pas à lui.

es directives anticipées ne couvrent que les souhaits concernant les conditions sur votre fin de vie . En aucun cas les biens et finances.

Ce que dit la loi : Conditions :

  1. Etre majeur,
  2. Pour être prises en compte par le médecin, il faut que vos directives aient été rédigées depuis moins de 3 ans avant la date à partir de laquelle vous ne serez plus en état d’exprimer votre volonté. Vous devez donc les renouveler tous les 3 ans.
  3. Elles doivent être datées et signées et vous devez préciser vos noms, prénoms, date et lieu de naissance. Le document doit être écrit et authentifiable. Vous devez écrire vous-même vos directives.
    Si vous ne pouvez pas écrire et signer vous-même vos directives, vous pouvez faire appel à deux témoins – dont votre personne de confiance, si vous en avez désigné une - qui attesteront que le document exprime bien votre volonté libre et éclairée.
    Ces témoins doivent indiquer leur nom et qualité et leur attestation est jointe aux directives
  4. Si vous ne pouvez écrire, des volontés détaillées, faute de réflexion suffisante, il faut au moins prendre la peine d'écrire qu’on nomme expressément une personne de confiance, au choix, médecin traitant, membre de la famille, ou ami – personne à laquelle on délègue la responsabilité de décider ce qui sera le mieux pour nous, si nous étions mourant et en état d'inconscience.
  5. En cas de difficulté physique pour écrire, on peut le faire faire par un tiers, avec deux témoins qui signifieront l’accord

Où les mettre

Les directives anticipées doivent être mises dans votre dossier médical, avec la nomination de la personne de confiance.

Une copie avec la carte vitale. En donner copie à votre médecin, votre famille. Bref les faire connaître à tous.

L’ADMD a mis en place un fichier mais malheureusement les médecins ne sont pas obligés de le consulter.

A quoi sont destinées les directives

La loi relative aux droits des malades et à la fin de vie (dite Loi Léonetti) précise les droits qu’ont les patients de faire respecter leurs volontés sur des points importants

  • Droit de se faire représenter par une personne de confiance
  • Droit au refus de tout traitement
  • Droit au soulagement de la douleur
  • Droit au respect des directives anticipées
  • Droit à l’information
  • Droit d’accès au dossier médical

Les directives anticipées sont destinées à faire connaître à tous, donc à nos médecins, nos volontés pour notre fin de vie :

  • Souffrances acceptées ou non,
  • prolongation de vie souhaitée ou non (l'obstination déraisonnable – c'est-à-dire l’acharnement thérapeutique - est interdite),
  • demande ou non d'aide à mourir lente ou rapide selon notre état de santé - incurable- en fin de vie,
  • lieu préféré de fin de vie,
  • et plus généralement nos idées sur la fin de vie que nous souhaitons, ou que nous refusons.

Faites savoir ce que vous voulez ou ne voulez pas. Donc même et surtout les anti-euthanasie devraient militer pour qu’elles soient rédigées et opposables à tous.

Evitez les termes vagues comme « pas d’acharnement » ou « je souhaite qu’on préserve ma dignité » car cela suppose une appréciation personnelle difficile à évaluer.

Le médecin n’est pas obligé de les respecter, mais sauf les bornés, ils en tiennent compte.

Cela leur permet de mieux vous connaître et de les protéger si besoin.

Les directives anticipées peuvent évoluer dans le temps. Elles sont révocables à tout instant.

Ne pas rédiger vos directives c’est se mettre à la merci de tiers.

A vous de décider si vous voulez rester maître de votre vie – la fin de vie c’est encore votre vie

Ne pas rédiger ses directives anticipées, c’est mettre ceux qui nous aiment et que nous prétendons aimer ,ou les médecins, dans l’obligation de prendre pour nous une décision que nous n’avons pas osé prendre.

Les médecins devraient en parler à leur « patients », c'est leur intérêt : pour eux, c'est l'assurance qu'ils connaissent leurs idées sur leur fin de vie, ce qui diminue leur risque d'erreur dans la conduite à tenir si cela arrivait, et c'est la preuve qu'ils ont respecté leurs volontés, si besoin.

Les établissements de santé, les maisons de retraites, doivent s‘assurer qu’elles ont été rédigées et qu’une personne de confiance a été désignée. Et les mettre dans le dossier médical et non dans le dossier administratif comme je l’ai constaté dans certains établissements.

Le rôle du représentant des usagers est entre autre de le vérifier

Peur de la page blanche ?

Alors dans un premier temps prenez un formulaire tout fait Celui que propose l’ADMD par exemple.

Mais rappelez vous : de nombreux médecins exigent un document « personnalisé » pas un formulaire pré-rempli.

Puis inspirez vous des modèles des autres associations, Soins palliatifs, AAVIVRE .., certains hôpitaux.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article