la loi qu'il me faut : Une loi basée uniquement sur la volonté de l’individu.

Publié le par Carole Gouyé

Une loi basée uniquement sur la volonté de l’individu.

Une loi qui soit comme une assurance sur la façon dont on veut finir sa vie.

Oui une assurance

Une assurance qui protège

La rendre obligatoire, comme une assurance voiture ou une assurance incendie ? pourquoi ? pas forcément.

Une loi de liberté de choix. Donc choisir de garantir ou non ses derniers moments.

Mais si on ne prend pas cette assurance pas de garantie : on sera à la merci d’un tiers. … A la loi de dire qui – un « qui » clairement désigné par la loi pour éviter la dérive du cas Vincent Lambert.

Ne pas rédiger cette assurance, ses directives, c’est accepter de se mettre sous la tutelle d’un tiers. Mais pourquoi pas ?. C’est ça la liberté.

En revanche la loi doit rendre les directives opposables à tous.

Ces directives doivent être respectées comme un testament.

Testament pour sa fin de vie

On ne conteste pas un testament sur des biens s’il respect les limites autorisées par la loi – On en vérifie la validité – exemple on ne peut déshériter ses enfants, Sinon on l’applique.

Une loi qui encadre : qui vérifie que le « testament de fin de vie » « directives anticipées » soit rédigé sans contrainte, « sain de corps et d’esprit » selon la formule consacrée.

Si demande de suicide assisté et/ou euthanasie, vérifier que la situation dans laquelle se trouve l’individu est insupportable pour lui – physiquement ou psychologiquement – vérification faite par 2 médecins – généraliste, psy ..par exemple.

- Des directives dans lesquelles on pourra inscrire qu’on refuse que quiconque intervienne sur le processus de fin de vie. : soins palliatifs ou non

- Des directives dans lesquelles on pourra inscrire – au contraire – qu’on désire une intervention, une aide : suicide assisté - euthanasie.

- Des directives dans lesquelles on pourra demander soins palliatifs puis – si besoin – suicide assisté et/ou euthanasie.

Bref une loi qui permette à « toute personne majeure en phase avancée ou terminale d’une situation irréversible, incurable, insoutenable pour elle, provoquant une souffrance physique ou psychique insupportable, et qui ne peut être apaisée, puisse demander, dans des conditions précises et strictes, à bénéficier d’une assistance médicalisée pour terminer sa vie selon ses volontés. ».

Une loi qui permette de demander, une aide au suicide et/ou une euthanasie et non pas une loi pour l’euthanasie.

Cela éviterait toute mauvaise interprétation.

Toute personne aidante, médecin ou autre, n’étant en aucun cas condamnée car ayant agit dans le respect de la demande – demande vérifiée bien entendue

Oui il faut une loi car si . « La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : .., l'exercice des droits naturels de chaque homme n'a de bornes que celles qui assurent aux autres membres de la société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la loi. »

4ème article de la déclaration des droits de l'homme

Commenter cet article